TOP & CONTRE-PEROFRMANCES DU BULLETIN GP: Autriche 2021

Dans un Grand Prix d’Autriche 2021 très animé, découvrez nos tops et contre-performances de cette dernière course de ce programme triple.

Crédits photo: FIA

Performances au top

Max Verstappen (Red Bull, victoire)

Quelle est la différence entre Max Verstappen et Rafael Nadal?

Aucune. Les deux ont un grand chelem à leur nom. *badum tss*

Bref. Max Verstappen a été encore plus dominant que lors du Grand Prix de Styrie, la semaine dernière. Ayant obtenu la pole position pour un troisième Grand Prix consécutif, le Néerlandais a été intouchable, alors que ce fut le festival des pénalités en arrière de lui.

Contrairement à Autriche I, Verstappen a été en mesure d’aller chercher le point boni pour le meilleur tour en course, malgré une découverte d’une coupure dans un pneu utilisé dans l’avant-dernier relais. Avec la quatrième place de Lewis Hamilton, il détient une avance de 32 points, en arrivant à Silverstone.

La vie est belle!


Valtteri Bottas (Mercedes, P2)

Autre weekend solide pour Valtteri Bottas, qui obtient un deuxième podium consécutif. En plus, il s’est permis de terminer devant Lewis Hamilton.

Partant de la cinquième place, le Finlandais n’a pas eu de difficulté à profiter de la pénalité de cinq secondes à Lando Norris et du rythme lent de son coéquipier, causé par des dommages. Bottas a été en mesure de maximiser les performances de sa voiture, malgré le déficit avec la Red Bull (et la domination de Verstappen).

On espère que ces deux courses au Red Bull Ring seront un point tournant pour sa saison, car il est maintenant en compétition avec George Russell pour le deuxième volant avec Mercedes, en 2022.


Lando Norris (McLaren, P3)

Peu importe ce qu’on pense de la pénalité de cinq secondes, il ne faut pas tarir d’éloges à l’endroit de Lando Norris. Tout au long de la fin de semaine, le Britannique a été superbe.

Se qualifiant deuxième, sur la première ligne pour la première fois de sa carrière, Norris a été presque impeccable. Outre son moment où il a poussé Sergio Perez hors-piste au virage 4, le pilote de McLaren a pur résister aux attaques de Lewis Hamilton, avant que ce dernier ne le passe.

Heureusement pour Norris, il lui a rendu la pareille, des dizaines de tours plus tard. Recevoir des commentaires positifs de la part d’un septuple champion du monde en pleine course, c’est toute une validation.


George Russell (Williams, P11)

Ça s’en vient, George et Williams! Vous aurez bientôt ce fameux point qui vous manque tant. Entre temps, profitez de cette belle onzième place.

Certains ont mis George Russell dans la colonne des perdants/contre-performances, mais on pense que le pilote de Williams a été bon, même s’il a perdu contre Fernando Alonso. Avec sa belle bataille avec le double champion du monde, que ce dernier a apprécié, Russell a montré ses qualités en piste, au volant d’une des pires voitures du plateau.

Avec sa qualification en Q3, on peut qualifier cette fin de semaine comme étant réussie, malgré le point échappé.


Carlos Sainz (Ferrari, P5)

Après avoir manqué la Q3 de très peu (six millièmes de secondes),  Carlos Sainz a débuté la course avec des pneus durs (seuls lui et Kimi Raïkkönen ont choisi ce train). La stratégie a fonctionné, malgré un départ difficile.

Lors de son deuxième relais, l’Espagnol de Ferrari est revenu neuvième. Ensuite, il a dépassé Yuki Tsunoda, Charles Leclerc l’a laissé passer pour qu’il aille chasser Daniel Ricciardo, ce qu’il a fait avec brio. Finalement, il a profité des dix secondes de pénalité imposées à Sergio Perez pour terminer cinquième.

Excellent double weekend en Autriche pour Sainz!


Le retour des fans en Autriche

La F1 sans fans, ça frappe fort. Cependant, c’est mieux une course à huis clos que de ne pas en avoir. Alors, on prend ce qui nous est offert.

Quand c’est possible d’avoir des fans dans le plus grand du respect des mesures sanitaires mises en place, c’est excellent. Nous avons eu cette belle expérience, lors du Grand Prix d’Autriche, avec 132 000 spectateurs présents sur l’ensemble des trois jours.

Certes, c’est 35% de moins que la capacité habituelle (environ 203 000 spectateurs), mais quelle joie de voir les tribunes presque remplies de chandails oranges, pour soutenir Max Verstappen.

Il y avait trois conditions à respecter, afin d’accéder au Red Bull Ring. La première fut de recevoir un test négatif à la COVID-19; avoir reçu la première dose du vaccin ou les deux; être guéri du virus, finalement. Les détails supplémentaires sont disponibles sur le site de Projekt Spielberg.

Néanmoins, le tout a été organisé en toute sécurité et les gens ont pu apprécier l’écrasante victoire de Verstappen, ainsi que le reste de l’action. Lors du Grand Prix de Grande-Bretagne, Silverstone aura droit à une salle comble pour l’inauguration de la toute première qualification sprint en Formule 1.


Contre-performances

Lewis Hamilton (Mercedes, P4)

Une quatrième place pour le champion en titre, en plus du grand chelem de son rival en 2021, n’est pas le scénario rêvé, à l’approche du Grand Prix de Grande-Bretagne.

Lewis Hamilton en a arraché tout au long de la fin de semaine, en plus de perdre jusqu’à cinq dixièmes de secondes par tour, en raison de dommages à sa Mercedes (il a roulé sur un vibreur). D’abord dépassé par Valtteri Bottas, Hamilton n’a pu tenir tête contre Lando Norris, ce qui l’a relégué au quatrième rang.

Il a déjà surmonté des retards de plus de trente points, mais, avec un adversaire plus coriace en Max Verstappen, la tâche sera un peu plus ardue qu’en 2017 et en 2018.


Sergio Perez (Red Bull, P6)

Le 200e Grand Prix de Sergio Perez en Formule 1 a tourné au cauchemar. Tout d’abord, il a été poussé hors piste par Lando Norris, qui a été pénalisé pour son action.

Ironiquement, Checo a commis la même infraction sur Charles Leclerc… à deux reprises! Cela n’a guère plu à Leclerc et aux commissaires de la FIA, qui ont pénalisé le pilote Red Bull de dix secondes. Comme il n’a pas effectué un deuxième arrêt aux puits, les dix secondes ont été ajoutées à son temps final. Il a été relégué au sixième rang.

Pas la meilleure course de Perez avec Red Bull et depuis un certain temps.


Yuki Tsunoda (AlphaTauri, P12)

Outre sa décevante douzième place (qu’on peut blâmer sur une mauvaise stratégie), Yuki Tsunoda s’est fait prendre deux fois pour la même infraction: traverser la ligne blanche de l’entrée de la ligne des puits.

Déjà que ça fait longtemps que je n’ai pas vu un pilote être sanctionné pour ce genre de « crime »*, c’est absolument rare de voir quelqu’un commettre le même délit deux fois (avec Perez). Même si Tsunoda est une recrue, empiéter sur la ligne blanche, autant à l’entrée qu’à la sortie des puits, est inacceptable dans n’importe quelle catégorie de course automobile.

Il y a encore beaucoup de travail à faire pour la recrue, qui s’est qualifié septième.

* En 2015, Lewis Hamilton a reçu une pénalité de cinq secondes pour la même infraction, à la sortie de la ligne des puits du Red Bull Ring.


Kimi Raïkkönen (Alfa Romeo, P15)

Les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas pour Kimi Raïkkönen. Encore une fois battu en qualifications par Antonio Giovinazzi, le champion du monde 2007 a gagné quelques positions, mais n’a pas trouvé le moyen de percer le top 10.

De plus, son accident avec Sebastian Vettel, dans le dernier tour, aurait vraiment dû être évité. Pour cause: il a reçu une pénalité de drive-through, transformée en 20 secondes, pour avoir causé une collision.


Esteban Ocon (Alpine, abandon)

S’il y a quelqu’un qui avait envie de terminer ce programme triple est Esteban Ocon. Le Français, qui avait prolongé son contrat avec Alpine avant le GP de France, a été nettement battu par Fernando Alonso.

Dans cette course, il n’a pas complété un tour, car il a été tassé accidentellement par la Alfa Romeo d’Antonio Giovinazzi. Ce qui n’a pas aidé le pauvre Ocon, c’est sa piètre performance en qualifications. En effet, le numéro 31 a été éliminé en Q1, la veille.

Laisser un commentaire