LES TOPS & CONTRE-PERFORMANCES DU BULLETIN F1: Sakhir 2020

L’unique Grand Prix de Sakhir nous a offert une première victoire en Formule 1 pour un pilote, mais ce n’est pas celui que tout le monde attendait. Découvrez nos tops et contre-performances de ce qui est déjà la meilleure course de la saison 2020.

Performances au top

Ai-je besoin de rappeler que Sergio Perez n’a toujours pas de volant pour 2021?

Le Mexicain a mis fin à une longue attente personnelle. Cela lui a pris 190 courses officielles pour remporter sa première victoire en Formule 1, alors que le Mexique a attendu 50 ans avant de voir un de leurs compatriotes au sommet du podium (Pedro Rodriguez, Belgique 1970). Ceci étant dit, sa victoire fut assez difficile à obtenir.

Au premier tour, Perez est accroché par un Charles Leclerc trop agressif au virage 4. Ce dernier, ainsi que Max Verstappen, abandonneront dès l’instant, mais Checo a pu continuer et retourner aux puits, afin de changer ses pneus et réparer un peu la Racing Point. Il était dix-huitième.

Ensuite, il a effectué un remontada extraordinaire, tout en gardant son habituelle minutie pour gérer les pneus. Perez a reçu plusieurs cadeaux: son coéquipier, Lance Stroll, qui bloque les roues, les arrêts de Carlos Sainz et de Daniel Ricciardo durant la Voiture de sécurité virtuelle et LA bourde de Mercedes.

Checo a su capitaliser sur ces erreurs pour se retrouver en tête et s’enfuir du peloton. Enfin, Sergio Perez est un vainqueur en Formule 1, à une course de sa dernière apparition avec Racing Point. C’est une victoire assez populaire, en ce moment.


Esteban Ocon connaît une saison difficile, à son retour au volant d’une Formule 1 cette année. À travers des abandons mécaniques et quelques performances en deçà des attentes, il est parvenu à obtenir son premier podium en F1.

Le Français a réalisé une course sans faute, avec sa Renault. En plus, il a effectué un parcours en ne s’arrêtant qu’une seule fois et c’est en faisant un undercut sur Lance Stroll. Ocon est rentré aux puits pour des pneus durs et, au tour suivant, Stroll l’a imité, mais en sortant avec des tendres. À la sortie des puits, Ocon a dépassé son ami pour se retrouver troisième, au moment de l’action.

Malheureusement, il ne put rien faire face à son ancien coéquipier chez Force India, Sergio Perez. Au final, Ocon a sorti une bonne performance, qui permet à Renault de rester dans la lutte au troisième rang du classement des constructeurs.


Commençons par le pot. Lance Stroll a commis deux erreurs: sortie aux puits large, permettant à Esteban Ocon de le dépasser instantanément, et blocage des roues quand Sergio Perez l’a dépassé.

Maintenant, lançons-lui les fleurs. Stroll a connu une course solide, même si elle ne fut pas aussi mouvementée que son coéquipier. Le Québécois a effectué un relais mammouth de 43 tours avec la gomme tendre, celle avec laquelle il s’était qualifié, afin de se retrouver en bonne position pour marquer des points importants pour Racing Point.

Dans les derniers instants du Grand Prix de Sakhir, Stroll s’est bien défendu contre Carlos Sainz, qui avait des pneus plus frais. Il n’a commis aucune autre erreur et, grâce à un bon état d’esprit, inscrit son deuxième podium de la saison.

Avec Perez victorieux et Stroll troisième, Racing Point oublie les méandres du Grand Prix de Bahreïn et reprend le troisième rang des écuries en 2020.


(Mercedes)

Si Sergio Perez a été le vainqueur officiel du Grand Prix de Sakhir, George Russell a gagné le cœur des fans. En remplaçant Lewis Hamilton, qui se remet de la COVID-19, le jeune pilote britannique a été tout simplement impressionnant.

Qualifié deuxième (à un clin d’œil de la pole position), Russell a pris les commandes de la course dès le départ et n’a jamais été inquiété, malgré une soudaine perte de puissance au début de son deuxième relais. Malheureusement, comme Charles Leclerc l’an dernier, il a été victime de la malchance, alors qu’il se dirigeait vers la victoire.

Lors de son deuxième arrêt aux puits, pendant la Voiture de sécurité, Russell a vu les mécaniciens de Mercedes mis le mauvais train de pneus sur la monoplace #63. Lorsque l’écurie s’en est rendue compte, Peter Bonnington, l’ingénieur de piste de Lewis Hamilton, a informé Russell de la situation et est rentré au tour suivant.

À la relance, pas très loin du peloton de tête, il parvient à servir une tasse de thé à Valtteri Bottas à la chicane et se dirigeait vers une lutte contre Perez. Malheureusement, une crevaison lente l’a empêché d’aller se battre pour une victoire inédite. Il terminera neuvième, inscrivant trois points (deux pour la P9 et le point boni pour le meilleur tour). Ce sont ses premiers points en F1, mais il avait l’opportunité de gagner dans la grande ligue pour la première fois de sa carrière, à sa première course chez Mercedes.

Il faut l’avouer, cela a fait mal à voir, mais la Formule 1 est cruelle. Ne vous en faites pas, il aura sûrement une autre chance. Chose sûre: Russell a prouvé qu’il n’était pas la saveur du jour.


Alors que Yuki Tsunoda a terminé troisième du championnat de Formule 2, ce qui est assez pour obtenir la Superlicence (et devenir pilote d’AlphaTauri), Daniil Kvyat a prouvé qu’il est encore capable d’offrir de bonnes performances.

En qualifications, il a réussi à se qualifier sixième avec un tour lancé seulement (le dernier officiellement). En course, le Russe était cinquième, résistant à Lance Stroll et à Pierre Gasly. Malencontreusement, AlphaTauri a pensé que deux arrêts n’étaient pas suffisants pour rallier l’arrivée avec une position décente pour marquer des points. Kvyat aurait été clairement dans la lutte au podium, sans cela.

Malgré tout, Kvyat a eu le dessus sur Pierre Gasly tout au long du weekend et cette septième place, autant anonyme que solide, cela me laisse un certain goût amer de ne pas le voir en F1 en 2021.

Après les événements du Grand Prix de Bahreïn, où il a été impliqué dans les deux accidents, c’est un bon retour dans les points pour Daniil Kvyat.


Contre-performances

Au terme d’un Grand Prix sans Lewis Hamilton, Valtteri Bottas n’a pas vraiment brillé sous les projecteurs du circuit extérieur de Sakhir. Même s’il a terminé devant George Russell, son coéquipier temporaire, le résultat ne reflète pas toute l’histoire.

À l’instar du Grand Prix de Bahreïn, le Finlandais a raté son départ et a permis à Russell de prendre les commandes de l’épreuve. Non seulement ça, mais il avait peu de rythme pour rivaliser contre son coéquipier..

Cependant, il a été aussi malchanceux lors de cette séquence de double arrêt aux puits. À la relance, il a été en difficulté face à la McLaren de Carlos Sainz, qui l’a dépassé. Suite à cela, Bottas a chuté au huitième rang.

Course à oublier pour Valtteri Bottas.


Voir Mercedes cafouiller en plein Grand Prix, ce n’est pas nouveau, mais c’est rare.

Cette fin de semaine, nous avons assisté à une bourde monumentale. Andrew Shovlin, le directeur de l’ingénierie chez les champions 2020, a expliqué qu’un problème de communication radio entre le muret des puits et les mécaniciens est à la source de ce mélange de pneus.

En fait, les mécanos ont mis les pneus de Valtteri Bottas sur le bolide de George Russell, pendant le double arrêt. Quand Russell est sorti, ils ont réalisé leur erreur et Bottas a perdu beaucoup de temps dans les stands. Suite à cette bêtise, la FIA a mis Mercedes à l’amende et n’ont pas disqualifié Russell, étant donné que ce n’est pas la faute du pilote.

Heureusement que les championnats ont été remportés, car si c’était au beau milieu d’une lutte pour le titre des constructeurs (ex.: 2017 ou 2018 vs Ferrari), cela aurait été très dommageable.


C’était à prévoir: comme à Bahreïn I, Ferrari allait en arracher sur le circuit de Sakhir.

L’écurie italienne s’est rendu à Abu Dhabi avec un seul point lors des deux courses bahreïniennes (la dixième place de Charles Leclerc lors de la course 1). Lors du Grand Prix de Sakhir, Sebastian Vettel a terminé douzième, après deux arrêts aux puits lents. Si Mercedes a gaffé de manière solide, pour Ferrari, c’est une routine cette année.

Quant à Charles Leclerc, il s’est mis tout seul dans le pétrin. Au lendemain d’un tour de qualifications de rêve, le Monégasque a ruiné sa course dès le premier tour. Il s’est accroché avec la Racing Point de Perez, au virage 4. Leclerc a abandonné, tout en entraînant le pauvre Max Verstappen dans sa maladresse. Pour le punir, la FIA l’a sanctionné de trois places sur la grille du départ du GP d’Abu Dhabi, en fin de semaine.


Si Esteban Ocon a pu obtenir un premier podium en Formule 1, c’est grâce à une erreur stratégique de Renault, en ravitaillant Daniel Ricciardo.

Autant l’écurie française obtient un podium, autant elle aurait pu permettre à Daniel Ricciardo de se battre pour inscrire un troisième top 3 cette saison. Lorsque la Voiture de sécurité virtuelle fut déployée pour essayer de ramasser l’aileron avant de la Williams de Jack Aitken, Renault a décidé d’imiter McLaren, qui avait fait rentrer Carlos Sainz durant cette période de neutralisation.

En plus, un peu plus tôt durant l’épreuve, Ricciardo, quatrième avant la valse des premiers arrêts, est revenu derrière Daniil Kvyat, qui était devant lui en début d’épreuve.

N’eut été de ces arrêts aux puits pendant la Voiture de sécurité virtuelle, on parlerait de Ricciardo sur le podium et d’une première victoire de… Carlos Sainz!

Mais bon. Avec des « si », on mettrait Paris en bouteille.

Laisser un commentaire