L’abécédaire de la Formule 1 en 2021 (partie 1)

La saison 2021 fut riche en rebondissements, du début jusqu’à la toute fin. Pour détendre l’atmosphère, Abdou Sall a décidé de reprendre un vieux concept d’après-saison: l’abécédaire de fin de saison!

A comme

Albon

Alex Albon reviendra en Formule 1, mais chez Williams, en remplacement de George Russell. Le Thaïlandais agissait à titre de pilote de réserve chez Red Bull, ainsi que pilote permettant la reconstitution d’événements. En plus de son rôle de réserviste avec le clan de Milton Keynes, Albon a participé au championnat de DTM (voitures de tourisme allemandes), terminant sixième au classement des pilotes.

Aston Martin

Le nom de Aston Martin est officiellement revenu en Formule 1, en tant que constructeur. Avec Sebastian Vettel et Lance Stroll à bord de leurs voitures, la marque préférée de James Bond a inscrit 77 points cette saison, avec une deuxième place de Vettel à Bakou.

HISTOIRES DE F1: la première expérience d’Aston Martin en Formule 1

Alpine

Anciennement Renault, Alpine a connu une saison 2021 quand même bonne. L’écurie française (établie à Enstone, en Angleterre) a obtenu une victoire et deux podiums, avec Fernando Alonso et Esteban Ocon dans leurs rangs. Elle a fini cinquième au championnat des constructeurs.

Andretti

Michael Andretti (à gauche)

Le nom Andretti est réapparu dans l’univers de la Formule 1, avec les fortes rumeurs de rachat d’Alfa Romeo/Sauber Motorsport. Lors du Grand Prix des États-Unis, Andretti Autosport, mené par Michael Andretti, souhaitait trouver un moyen d’accéder à la F1 en rachetant une équipe. Tout était presque conclu, mais un conflit relié au contrôle de l’équipe a déraillé les plans.


B comme

Bose

Crédit photo: Motorsport Images

Bose a eu droit à une certaine publicité, quand Toto Wolff a brisé une magnifique paire d’écouteurs, lors de l’incident entre Max Verstappen et Lewis Hamilton, au 37e tour du Grand Prix d’Arabie Saoudite. Ça coûte combien, ces écouteurs?

Belgique

Crédit photo: FIA

L’édition 2021 du Grand Prix de Belgique fut un carnaval incroyable. La fin de semaine fut marqué par des accidents monstres à Eau Rouge (W Series, Lando Norris) et s’est conclu avec un pseudo Grand Prix de deux tours, en raison de la pluie et du manque de visibilité en piste.  George Russell a obtenu son premier podium, malgré tout.

Retour sur la farce belge en podcast

Bell

Ceci n’est pas un placement de produit! Bell se retrouve dans notre abécédaire, car la marque de télécommunications s’est portée acquéreuse du groupe de course Octane, promoteur du Grand Prix du Canada. Entre temps, le GP a été reconduit pour deux autres années: celles perdues en 2020 et en 2021, en raison de la pandémie actuelle de COVID-19.


C comme

Carlos

À sa première saison avec Ferrari, Carlos Sainz a surpassé les attentes qu’il s’était données. L’Espagnol est parvenu à obtenir quatre podiums en 2021 (Monaco, Hongrie, Russie et Abu Dhabi), mais incognito, car il y a eu des revirements majeurs dans ces courses. Néanmoins, il finit cinquième au classement des pilotes, devant Charles Leclerc!

Checo

Recruté par Red Bull pour épauler Max Verstappen, Sergio Perez s’est senti très utile… surtout à Abu Dhabi. N’oublions pas que le Mexicain a remporté le Grand Prix d’Azerbaïdjan, devenant le premier pilote de l’ère hybride à gagner 2 courses avec 2 écuries différentes. Checo a surtout été un coéquipier rêve pour Verstappen, en bloquant Lewis Hamilton dans la dernière épreuve de l’année.

Campos

En début d’année, le monde de la course automobile a été tristement touchée par la mort d’Adrian Campos, en janvier dernier. Il avait 60 ans. Campos était le propriétaire et fondateur de Campos Racing, une écurie présente dans les catégories junior, dont la F2 et la F3. L’Espagnol avait participé à 21 Grands Prix (et 17 départs) avec Minardi, en 1987 et 1988. Il fut celui qui a participé à la progression de Fernando Alonso, Marc Gené, Vitaly Petrov et bien d’autres.


D comme

Disqualification

La saison 2021 de Formule 1 fut marquée par deux disqualifications. La première survint après le Grand Prix de Hongrie, lorsque Sebastian Vettel (Aston Martin) perdit sa deuxième place, suite à un manque d’essence requis pour l’inspection post-course. Cela permit à Lewis Hamilton, Carlos Sainz et Max Verstappen de monter d’une position.

L’autre fut celle de Lewis Hamilton, après les qualifications du Grand Prix de Sao Paulo. Son aileron arrière fut jugé non conforme par la FIA et, ainsi, perdit sa pole position. Cependant, ça n’a pas empêché le Britannique de se diriger vers la victoire, le dimanche.

Dumfries

Johnny Dumfries (Crédit photo: James Fraser/Rex/Shutterstock)

Johnny Dumfries, de son vrai nom John Crichton-Stuart, Marquis de Bute, nous quitta en mars dernier, à l’âge de 62 ans. Dumfries eut un passage d’une saison en F1, avec Lotus en 1986 (et avait eu Ayrton Senna comme coéquipier). L’Écossais récolta trois points, au cours de cette campagne. Son fait d’armes fut sa victoire aux 24 Heures du Mans, en 1988, avec Jaguar. Si vous voulez connaître un peu plus sur ce pilote, il avait participé au podcast F1 Beyond The Grid, en 2020.


E comme

El Plan

Un mot répété par l’univers de la Formule 1, gracieuseté de Fernando Alonso. Mais que veut dire « El Plan »? En fait, c’est une réponse que le double champion du monde de F1 a donnée, lors du GP de Turquie, en lien avec une stratégie pour l’épreuve turque. « El Plan » fut utilisé à tous moments, dont à Abu Dhabi, où ce mot s’est retrouvé sur l’aileron arrière des voitures Alpine.

États-Unis

Les États-Unis et la Formule 1, en 2021: ce fut un bon mariage. À la télévision, les côtes d’écoute sur ESPN ont été excellentes, avec une moyenne de 934 000 téléspectateurs (une hausse de 54 % comparé à 2020). Le retour de la F1 en sol américain, à Austin, a été regardé par 1.2 millions de gens sur ABC (la course la plus regardée aux USA dans la famille ABC-ESPN).

De plus, 140 000 spectateurs furent présents lors du GP des États-Unis, qui a vu Max Verstappen battre Lewis Hamilton pour la victoire. Ajoutez à cela l’officialisation d’une course à Miami en 2022, autour du Hard Rock Stadium. Aura-t-on un troisième GP aux States? À suivre.


F comme

Fernando

Outre « El Plan », Fernando Alonso a fait des siennes, à son retour en Formule 1. Le pilote Alpine a inscrit un podium (troisième au Qatar), en plus d’avoir remporté le titre de l’Action de l’année de la FIA, pour son duel contre Lewis Hamilton, en Hongrie. Le tout en ayant des plaques de métal, suite à son accident de vélo en début d’année.


G comme

Giovinazzi

Antonio Giovinazzi quitte la Formule 1, au terme d’une saison compliquée et marquée par certaines erreurs stratégiques de la part d’Alfa Romeo. L’Italien ira en Formule E, aux côtés de Sergio Sette Camara, avec Dragon Penske Autosport.

Génération

2021 marque, officiellement, la fin de la génération actuelle de Formule 1. Celle considérée comme la plus rapide de l’histoire du sport fera place à un nouveau bolide, dès 2022. Plusieurs records de piste ont été battus avec ces monoplaces.

Gasly

Pierre Gasly a connu une campagne 2021 très intéressante. Le Français a amené AlphaTauri vers la sixième place au championnat des constructeurs, avec ses nombreux excellents résultats. Il a inscrit une troisième position, lors du Grand Prix d’Azerbaïdjan. Gasly a marqué 77.5% des points de l’équipe satellite de Red Bull (110 sur 142). En plus, il a été un très bon grand frère pour Yuki Tsunoda, qui débutait son aventure en Formule 1.

Grosjean

Crédit photo: Joe Skibinski/IMS

La première saison de Romain Grosjean post-F1 fut un succès. Le Français disputait sa première campagne en IndyCar, avec Dale Coyne Racing with Rick Ware.  Il a inscrit une pole position, lors du Grand Prix d’Indianapolis, deux semaines avant le Indy 500, en plus de monter sur le podium à trois reprises.

Ses performances lui ont permis d’obtenir un volant chez Andretti Autosport, en remplacement de Ryan Hunter-Reay, en 2022. De plus, Mercedes avait offert au Français une période de roulage dans une de leurs voitures, mais le chamboulement du calendrier 2021 de F1 a contrecarré les plans. Ce n’est que partie remise!


H comme

Hamilton

Lewis Hamilton (ou bien Sir Lewis Hamilton) s’est battu jusqu’à la toute fin pour tenter de devenir octuple champion du monde de Formule 1. En Russie, il est devenu le premier pilote de l’histoire du sport à atteindre la marque des 100 victoires. Il a été aussi le premier à prendre part à une relance arrêtée d’un Grand Prix tout seul, en Hongrie!

S’il revient, je suis sûr qu’on aura un Hamilton plus féroce que jamais.

Honda

La livrée spéciale de Red Bull, afin de rendre hommage à Honda (Photo: Mark Thompson/Getty Images)

Honda disputait sa dernière saison en Formule 1. Le constructeur japonais était motoriste pour Red Bull et AlphaTauri. Dès 2022, Red Bull Powertrains (la nouvelle compagnie moteur de la marque de boisson énergisante) pourra s’approprier la propriété intellectuelle du groupe propulseur de Honda, le RA621H. Cela s’applique autant avec l’équipe mère que AlphaTauri.

De plus, le constructeur nippon offrira un support accru à Red Bull Powertrains, dans la conception du moteur, depuis le Japon. Aussi: les employés travaillant chez Honda Racing Development UK seront désormais membres de RB Powertrains. Dès 2023, Red Bull se chargera entièrement de l’aspect unité de puissance, dont la règlementation actuelle devrait se terminer en 2025.

Hongrie

Est-ce que le Grand Prix de Hongrie 2021 est la course de l’année?

Pour moi, oui. On a assisté à un carnage au premier tour, causés par Valtteri Bottas et Lance Stroll, Lewis Hamilton tout seul sur la grille de départ (tel Green Day dans le clip Boulevard of Broken Dreams) et sa remontée et, surtout, la première victoire d’Esteban Ocon en F1.

Ce fut chaotique!

Herta

Avec Andretti, le nom de Colton Herta est apparu sur de nombreuses lèvres de l’univers de la F1. En effet, le Californien, fils de Bryan Herta (4x vainqueur de courses en IndyCar), était pressenti pour participer à une séance d’essais libres avec Alfa Romeo. En IndyCar en 2021, Colton a inscrit 3 victoires (St.Petersburg, Laguna Seca et Long Beach). Il reviendra avec Andretti Autosport et aura Romain Grosjean et Alex Rossi comme coéquipiers, en 2022.

Haas

La saison de Haas fut catastrophique de A à Z. Ayant embauché Mick Schumacher et Nikita Mazepin, deux recrues, l’écurie américaine a jugé bon de ne pas développer la voiture de 2021 et de concentrer leur énergie sur 2022.

En piste, les deux jeunes pilotes n’ont pas tant offert de bonnes performances, globalement. Surtout Mazepin, qui termine 21e dans un championnat à 20 pilotes (Robert Kubica avait fini devant lui dans les deux Grands Prix où il a remplacé Kimi Raîkkônen). Schumacher a fait mieux, mais pas assez pour parfaire son développement. Au final, Haas n’a marqué aucun point cette année.


Interlagos

Le retour d’Interlagos dans le calendrier de la Formule 1, cette année, fut une joie pour plusieurs. Ce fut aussi le théâtre de la plus grosse attente des commissaires, concernant l’aileron arrière de la Mercedes de Lewis Hamilton, et d’une remontée spectaculaire de ce dernier, afin de remporter le Grand Prix de Sao Paulo.


J comme

Jeddah

Le Grand Prix d’Arabie Saoudite inaugural a marqué les esprits… pour les mauvaises raisons.

Tout d’abord, le circuit de Jeddah a été officiellement homologué par la FIA… un jour avant le début de la fin de semaine de course. Normalement, l’homologation se fait au moins 120 jours avant l’événement (90 si c’est un circuit permanent). Outre un bris de barrière causé par un accident dans une épreuve de Porsche Supercup, aucun autre problème physique relié au circuit n’a été reporté.

La course fut marqué par de nombreux événements: l’accident entre Enzo Fittipaldi et Théo Pourchaire en F2, les deux drapeaux rouges en F1 et le pilotage pendant le GP de F1 (entre autres avec Max Verstappen et Lewis Hamilton). Sans oublier la direction de course de la FIA.

(Mal)heureusement, le circuit urbain reviendra en 2022, comme manche numéro 2 de la saison de Formule 1.


K comme

Kiitos

Kiitos veut dire « merci » en finlandais.

2021 a vu ses deux pilotes de la Finlande, Kimi Raïkkönen et Valtteri Bottas, prendre des chemins différents.

Tout d’abord, Raïkkönen met fin à une belle carrière en Formule 1, lui qqui n’avait que moins de 20 courses dans les catégories junior, avant de se joindre à Sauber en 2001. 21 victoires et 1 championnat du monde… Quelle carrière pour Kimi.

Pour le remplacer chez Alfa Romeo, c’est son compatriote, Valtteri Bottas, qui s’assurera d’être le numéro 1 chez l’équipe de Hinwil. Arrivé en 2017 avec Mercedes, Bottas a enregistré 10 victoires, en plus de terminer dans le top 3 du championnat des pilotes dans 4 des 5 dernières campagnes.

Dans les deux cas, Kiitos à Kimi et à Valtteri.


L comme

Latifi

Oubliez Abu Dhabi. La deuxième saison de Nicholas Latifi en Formule 1 a été meilleure. Le Torontois a inscrit ses premiers points en F1, lors de la course folle en Hongrie (7e). Il a répété cet exploit, en « terminant » neuvième en Belgique.

Même si George Russell a marqué 16 points (dont une deuxième place à Spa), on a vu de nettes améliorations du Canadien. Il a été reconduit pour 2022, avec Alex Albon comme coéquipier.

Lance Stroll

OH WHAT HAS HAPPENED? WE NEED TO KNOW WHO’S GONNA COME UP IN FRONT, AS WE SEE LANCE STROLL…


M comme

Masi

Crédit photo: Mark Thompson/Getty Images

En 2021, Michael Masi a eu droit à son moment de gloire. Le directeur de course a eu la lourde tâche de gérer les crises de nerfs de Christian Horner et de Toto Wolff (ainsi que quelques autres dirigeants d’écurie), un Grand Prix qui n’a pas eu lieu et les deux dernières courses en 2021.

Certes, la finale du GP d’Abu Dhabi a laissé un goût amer auprès des amateurs de course automobile, mais Masi sera encore une figure de proue en 2022.

Mention honorable pour avoir taclé verbalement Wolff, à la conclusion du GP d’Abu Dhabi.

2021: l’odyssée de Masi et de la FIA


Mercedes

Malgré un sentiment d’être lésé par la décision de Michael Masi à Abu Dhabi, Mercedes a remporté un huitième championnat des constructeurs. Bien que Red Bull a donné du fil à retordre tout au long de la campagne, l’écurie allemande est restée au sommet et tente de garder le cap en 2022, avec George Russell dans l’équipage.

Mosley

En mai dernier, le monde de la course automobile pleurait le décès de Max Mosley.

Personnage controversé pour ses opinions politiques (et son scandale sexuel), Mosley était président de la FIA entre 1993 et 2009. Pendant son règne, l’ancien avocat et pilote britannique a changé le visage de la course automobile, en matière de sécurité. Son apport pour la sécurité et sa visite aux funérailles de Roland Ratzenberger, en 1994, ne seront pas oubliés de sitôt.

Laisser un commentaire