DIX (TES) PENSÉES: histoire, disputes et eSports

La chronique personnelle d’Abdou Sall, Dix (tes) pensées, est de retour après une longue absence. Pour cette édition, Abdou traite d’un moment historique en NASCAR, ainsi que des disputes entre pilotes.

1- Victoire historique de Bubba Wallace

Le 4 octobre dernier, le monde a vécu deux moments historiques: la panne majeure sur les applications de Facebook… et la première victoire de Bubba Wallace en NASCAR Cup Series.

Le pilote natif de l’Alabama a gagné le YellaWood 500 sur le mythique circuit de Talladega. La course devait avoir lieu dimanche, mais la présence de la pluie a forcé le report de l’épreuve au lendemain. Wallace a mené cinq tours sur les 117 prévues. Je dis bien « prévues », car Dame Nature a, cette fois, eu le dernier mot. La course fut arrêtée après 71 boucles.

Wallace est devenu le premier pilote afro-américain à gagner en Cup Series depuis Wendell Scott, à Jacksonville en 1963. Lors du début de l’épisode 92 du podcast du Bulletin GP, j’avais expliqué à quel point cette victoire était importante pour les minorités ethniques.

En plus, c’est une victoire supplémentaire pour Denny Hamlin, pilote #11 chez Joe Gibbs Racing et co-propriétaire de 23XI avec Michael Jordan. Les choses se déroulent relativement bien pour 23XI. L’an prochain, l’équipe aura une deuxième voiture, conduite par Kurt Busch. En plus, Wallace a montré de bonnes choses sur les superspeedways.


2- Dispute entre Chase Elliott et Kevin Harvick

Cependant, ce qui a retenu l’attention en NASCAR, c’est le beef (lire « la dispute ») entre Chase Elliott et Kevin Harvick.

Les deux belligérants dans les séries de la Cup Series (quel format difficile à comprendre) se sont échangés des mots « doux » à Bristol, vers la fin du mois de septembre dernier. Elliott et Harvick se sont accrochés pendant l’épreuve de Bristol et, lors de la rentrée aux puits en fin de course, Harvick est allé parler durement à Elliott.

Après les obligations médiatiques, les deux pilotes ont continué la discussion dans le garage d’Elliott. Aucune altercation physique n’a eu lieu et on a cru à l’enterrement de la hache de guerre.

Ça n’a pas été le cas.

Le 10 octobre dernier, sur le magnifique Roval du Charlotte Motor Speedway, Harvick a décidé de se venger sur le fils de Bill Elliott, en le poussant dans le mur. La voiture #9 de Hendrick Motorsports a été lourdement endommagée à l’arrière, mais a pu continuer. On a entendu les ingénieurs d’Elliott espérer que leur pilote se venge sur Harvick.

Avec quelques tours à faire à la course, Harvick, sentant la pression appliquée par Elliott, s’est retrouvé dans le mur. Avec cet abandon, le #4 de Stewart-Haas Racing a été éliminé des séries.

En regardant la reprise du premier incident de Charlotte, je crois que Harvick a vraiment voulu rendre à Elliott la monnaie de sa pièece et, au final, ça s’est retourné contre lui.

Graham Rahal, pilote en IndyCar, a bien résumé ma pensée sur la conduite des pilotes lors des séries de la Cup, comparé à celle en saison régulière.

Dans un aspect positif, j’ai pu remarqué que Chase Elliott a lancé une belle pointe à l’endroit de Kevin Harvick, en lui souhaitant une « belle post-saison et un Joyeux Noël »… tout en vendant des chandails à l’effigie desdites paroles!


3- Controverses en DTM

Les choses ne furent guère mieux en DTM, la série allemande de voitures de tourisme. Dans le même weekend de Elliott-Harvick II, on a assisté à un duel entre Kelvin van der Linde (Audi) et Liam Lawson (Ferrari).

Dans les rues de Norisring, en Allemagne, van der Linde a tenté de se retrouver devant Lawson, son rival dans la course au titre, lors des deux courses de la fin de semaine. Dans les deux cas, les deux se sont accrochés. C’est dans la manche numéro 2 que les choses se sont empirées pour Lawson.

Le Néo-Zélandais, qui roule aussi en Formule 2, a souffert de problèmes de direction, suite au contact avec van der Linde. Il a dû rentrer aux puits et, ainsi, dire adieu à ses espoirs de titre. Quant à van der Linde, le Sud-Africain a reçu une pénalité de cinq secondes pour avoir causé la collision.

Cela a laissé la place à Maximilian Götz, troisième prétendant à la couronne 2021, de se mettre en scène, Heureusement pour lui, il a obtenu l’aide de ses équipiers chez Mercedes, Lucas Auer et Philip Ellis, qui l’ont laissé passer. Pourtant, Auer était le meneur de la course pendant une bonne partie… et Auer et Ellis conduisent pour des équipes différentes (Götz avec Team HRT; les deux autres, avec Team Winward).

En DTM, en plus des championnats des pilotes et des écuries, il y a celui des manufacturiers. Or, Mercedes-AMG s’était déjà emparé du titre.

Revenons à Lawson et van der Linde. Le premier a dû abandonner la course 2, alors que l’autre termina 17e, à un tour du vainqueur, Maximilian Götz.

Avec les 25 points de la victoire, combinée aux zéro pointés de ses deux adversaires, Götz a été sacré champion de la saison 2021, trois points devant Lawson.

Après l’épreuve, van der Linde s’est empressé de féliciter Götz pour son sacre, en disant que la « bonne personne » avait gagné. Une pointe à l’endroit de Lawson.

Évidemment, la publication Instagram du Sud-Africain a été très mal accueillie, autant par les fans que par Lawson lui-même. Le Néo-Zélandais, de Red Bull AlphaTauri AF Corse, a qualifié van der Linde de « gars le plus sale contre qui il a couru ».

J’ai trouvé la manœuvre de van der Linde très stupide et la pénalité de cinq secondes était trop clémente, dans un contexte de lutte au titre dans la dernière course de la saison. Son comportement après l’épreuve est aussi déplorable. Au lieu d’être amer de se battre contre un jeune pilote de 19 ans talentueux, il aurait pu être fair-play sur le coup. Heureusement, il s’est excusé sur Twitter.

Quant aux consignes d’équipes chez Mercedes-AMG, ça laisse un goût amer de voir les équipes adverses s’entraider, mais, en même temps, Audi, Ferrari ou BMW aurait fait la même chose, si une telle situation se produisait en leur faveur.

La course automobile est un sport d’équipe, n’oublions pas.


4- « Ma catégorie est meilleure que la tienne! »

Max Götz, Liam Lawson & Kelvin van der Linde (Photo: Hoch Zwei)

Suivant la controverse entourant la finale de la saison 2021 de DTM, les fans ont décidé de faire ce qu’il y a de mieux: cracher leur venin sur les réseaux sociaux.

Naturellement, la victime fut Kelvin van der Linde. Beaucoup de gens l’ont qualifié de tous les noms, dont un « raté des monoplaces à roues découvertes ».

Je sais que VDL  a été le méchant dans l’histoire au Norisring, mais est-ce que c’est VRAIMENT nécessaire de mettre tous les pilotes de GT dans le même panier?

C’est ce que je déteste le plus: quand des fans de F1 décident de rabaisser des pilotes qui conduisent dans d’autres catégories. Je précise la F1 spécifiquement, car c’est la série la plus populaire en course automobile. Certains ont commencé à regarder la DTM, avec la présence de Liam Lawson, aussi en Formule 2, et d’Alex Albon, coéquipier de Lawson chez Red Bull AF Corse.

Cette perception que certaines personnes ont des autres catégories est à changer. On peut avoir du succès sans nécessairement passer par la Formule 1. Prenez, par exemple, Tom Kristensen. Le Danois a remporté à neuf reprises les 24 Heures du Mans, sans participer à des Grands Prix. Même chose pour Sébastien Loeb, en rallye, et pour Valentino Rossi en MotoGP.

Je lis souvent ces propos en Formule E. Le championnat 100% électrique a souvent été considéré comme un « refuge d’anciens pilotes de F1 ayant peu de succès ». Ce n’est pas parce que lesdits pilotes n’ont pas été excellents en F1 qu’ils sont des échecs. Ils tentent d’autres séries où ils sont en mesure de gagner.

Il y a aussi ceux et celles qui aiment comparer, par exemple, l’IndyCar à la Formule 1. Pensez-vous vraiment que c’est utile? Pourquoi peut-on ne pas apprécier deux catégories, peu importe leurs différences?

En tout cas, en lisant les nombreux commentaires rabaissant les pilotes de GT, par l’entremise des gestes très stupides de Kelvin van der Linde, j’ai eu mal à ma course automobile.


5- Colton Herta en F1?

Parlant de IndyCar et de F1, le nom de Colton Herta commence à être mentionné, cette semaine.

Avec les rumeurs de Michael Andretti qui souhaiterait racheter 80% de Sauber, propriétaire sportive de Alfa Romeo F1 Team, plusieurs personnes s’imaginent déjà voir jeune Américain faire le saut en Formule 1, dans un avenir rapproché.

Ce n’est pas la première fois que les mots « Herta » et « F1 » se retrouvent dans la même phrase. Après sa domination victoire au Grand Prix de St. Petersburg, plus tôt cette année, Mario Andretti (ZE Mario) désirait le voir en F1. Cette semaine, JR Hildebrand, pilote d’IndyCar, lui a suggéré d’embrasser son rêve d’aller dans l’élite de la course automobile, peu importe les conséquences.

À l’inverse, Marshall Pruett, journaliste chez RACER, demande au fils de Bryan Herta de rester en IndyCar, où il a une chance de devenir champion dans la série.

Qu’est-ce que j’en pense? Je suis partagé.

D’avoir un pilote américain à temps plein, ce serait super pour la popularité de la Formule 1 aux États-Unis, mais est-ce que ce serait aussi super de le voir se battre dans le milieu, voire la fin de peloton? Dans le cas de Colton Herta, ce serait énormément dommage.

En plus, en 2022, il aura Alexander Rossi et Romain Grosjean comme coéquipier chez Andretti Autosport, dans une voiture capable de remporter le titre et/ou le Indy 500. En F1? Il aurait Valtteri Bottas, qui est très bon, mais dans une voiture très chancelante, en matière de performances. Aussi: il n’a pas assez de points de Super Licence pour un volant à temps plein. Selon mes calculs, il en compterait 32 sur trois saisons d’IndyCar (si j’ajoutais 2021). Le seul moyen de le voir dans un siège en Formule 1 serait qu’il participe aux essais libres du vendredi, car il a les points requis pour cela.

D’un autre côté, ce serait bien de voir un pilote d’IndyCar faire le saut en F1, prouvant que c’est possible d’emprunter un chemin alternatif, outre que de passer par la Formule 2 ou la Formule 3. Cela fait longtemps qu’on n’avait pas vu cela. Le dernier, si je me rappelle, fut Sébastien Bourdais, en 2008. Il était passé de Newman-Haas (ChampCar) à Toro Rosso. N’oublions pas Juan Pablo Montoya, Jacques Villeneuve et Cristiano Da Matta, qui ont emprunté le même chemin.

Attentiion: la transition de l’IndyCar vers la F1 ne garantit pas automatiquement du succès. Si Montoya et Villeneuve ont réussi, Bourdais et Da Matta en ont arraché.


6- Une partie du circuit d’Adelaïde sauvée

Image: racingcircuits.info

Avant que la Formule 1 ne s’installe à Melbourne en 1996, il y a eu le Grand Prix d’Australie à Adelaïde, de 1985 à 1995. Elle eut lieu dans les rues d’Adelaïde, avec le départ présenté dans le Victoria Park.

En plus de la F1, la piste fut hôte des épreuves de V8 Supercars, le championnat de stock cars australiien, de 1999 à 2020.

La raison pour laquelle le circuit australien revient dans l’actualité est que les restants de la piste se trouvant au Victoria Park ne sera pas détruite. En effet, le conseil de ville d’Adelaïde a voté pour garder les vestiges, au lieu de reverdir cet endroit.

Il y a eu, aussi, des plans pour amener la Formule E à Adelaïde, dans un futur proche. C’est grâce à la Formule 1 que la ville a été placée sur la carte mondiale du sport.


7- Giovinazzi ignore les consignes d’équipe

Dans les tops et contre-performances du Grand Prix de Turquie, j’avais mis Alfa Romeo dans les bonnes performances. Bien que l’écurie eut reçu peu de visibilité pendant la course, elle a terminé onzième et douzième.

Cependant, Alfa Romeo ne semble pas content pour une raison: Antonio Giovinazzi.

Lors de l’épreuve turque, l’Italien a refusé d’échanger sa position avec Kimi Raïkkönen. C’est ce que Xevi Pujolar, ingénieur-chef en piste de l’équipe italo-suissesse, a révélé à RaceFans.

Selon Pujolar, la consigne d’équipe a bel et bien été transmise aux pilotes, mais Giovinazzi a commencé à prendre un peu de vitesse et de rythme, laissant Raïkkönen derrière lui. En plus, après avoir dépassé Daniel Ricciardo, les deux voitures se rapprochaient d’Esteban Ocon, qui perdait énormément de temps avec ses pneus usés.

Je ne pense pas que c’est à cause de sa situation contractuelle en 2022 que Giovinazzi a décidé d’ignorer ces consignes de Alfa Romeo. Cela étant dit, des points étaient possibles pour l’écurie.


8- NASCAR 21: IGNITION se fait détruire

Le soir avant de finaliser ce texte, je suis tombé sur une multitude de vidéos sur le nouveau jeu NASCAR 21: IGNITION, conçu par Motorsports Games.

Le jeu officiel de NASCAR sortira le 28 octobre prochain sur PC, les nouvelles générations de consoles (PS5 et Xbox Series) et les anciennes (PS4 & Xbox One). Avant même la sortie, il y a déjà des créateurs de contenu qui ont remarqué d’énormes bogues dans le jeu!

Par exemple, j’ai vu un Big One bloquer une partie de la piste (littéralement), TRÈS peu de drapeaux jaunes, voire aucun, et un système de dommage de voiture très faible.  Je pourrais vous dresser la liste des autres problèmes constatés, mais je manquerais de temps.

Certains gamers suggèrent même de ne pas acheter le jeu en prévente et d’attendre la première mise à jour.

Apparemment, l’opus de Motorsports Games vient AVEC la première mise à jour.

Ouille!

J’avais l’intention d’acheter NASCAR 21: IGNITION dès sa sortie, ce qui serait mon deuxième jeu de la série de stock cars, mais je vais attendre encore un peu. Il y a quelques mois, je me suis mis à m’amuser à NASCAR Heat 5 et j’ai relativement bien aimé ça. Pour que je puisse y rejouer, il va falloir que je m’achète un volant avec un bouton X qui fonctionne (j’ai une PS4).

Je vous laisse une des vidéos que j’ai regardée au sujet de Ignition:


9- eGT Challenge

Photo: eGT Challenge sur Facebook

Lorsque j’ai annoncé le rebranding du Bulletin GP, en février dernier (« rebrand » devrait être le mot de l’année au Québec), Alain Léon, sur Facebook,  m’a parlé du eGT Challenge, un championnat virtuel de courses de GT entièrement made in Québec.

Aussitôt le message envoyé, j’ai visité la chaîne YouTube de la ligue. Les organisateurs utilisent Assetto Corsa Competizione, le simulateur de GT3 et de GT4 par excellence (avec iRacing) sur PC. Il existe trois championnats (le eGT3 Challenge, le eGT3 Sprint et le eGT4 Cup Sprint) et quatre classes de pilotes (AM, Silver, Pro-AM et Pro).

Les épreuves du eGT3 Challenge, championnat principal de la ligue, se déroule les vendredis soirs. La prochaine course aura lieu à Donington Park (lieu du départ exceptionnel d’Ayrton Senna en 1993), sur un format de 120 minutes. Le départ sera donné à 20:35 (heure du Québec).

Je dois dire que je suis très impressionné par le niveau général de la ligue. Autant le pilotage que la diffusion et la description des courses et l’organisation complète. Un gros bravo à Alain (directeur de communauté) que Julien Hébert (fondateur du eGT Challenge) et toute l’équipe de la ligue!

Je vous laisse ci-dessous la dernière manche de GT3, ayant eu lieu à Silverstone.

Vous pouvez suivre le eGT Challenge sur Facebook, YouTube et Twitch.


10- Ligue F1 Québec

Pour terminer cette chronique, je vous invite à visionner la troisième manche de la Ligue F1 Québec sur Twitch. Bien que ce soit déjà la troisième course de cette nouvelle ligue sur F1 2021, c’est la deuxième fois qu’une course sera diffusée sur la plateforme.

Ce jeudi, à 20:00, je serai à la description et François Carignan (fondateur du championnat) m’accompagnera à l’analyse.

Cette ligue est inspirée du groupe Facebook éponyme, dans lequel toute l’équipe du Bulletin GP se retrouve.

Pour regarder les courses de la ligue, c’est sur la page Twitch de F1 Québec.

Laisser un commentaire