Dix (tes) pensées: édition du 4 avril 2018

Après le 31 Thoughts d’Elliotte Friedman (Sportsnet), C’est 20 pensées de Frédéric Lord (TVA Sports) et le nouveau 10 Thoughts du formula1.com, voici Dix (tes) pensées d’Abdou Sall pour Le Bulletin F1. Il s’agit de dix opinions sur dix nouvelles, au cours de la dernière semaine. Ce billet hebdomadaire paraîtra à tous les mercredis.

Depuis le dernier Dix (tes) pensées, l’actualité sur la Formule 1 a été quand même riche. Je vous ai même inclus deux pensées supplémentaires, en guise de cadeau.

On va donc débuter avec une histoire très, très inspirante.

AVERTISSEMENT: certains jeux de mots (parfois pourris), »memes » et GIFS affichés dans ce texte sont ceux de l’auteur et ne reflètent (probablement) pas ceux du Bulletin F1.

1- l’inspirant billy monger

Crédit: Twitter (@BillyMonger)

Ceci est une histoire totalement inspirante et elle mérite d’être mentionnée dans cette chronique.

Le jeune pilote anglais Billy Monger a terminé troisième à sa première course en Formule 3 britannique, le 31 mars dernier. Il s’agissait d’un retour en compétition depuis son terrible accident en avril 2017. Lors d’une épreuve de F4 Britsh sur le circuit de Donington Park, il heurta une autre voiture à pleine vitesse. Le résultat de cette collision est catastrophique: amputation des deux jambes pour Monger. Au lendemain du drame, son équipe ramassa plus de 500 000£ (environ 900 000$CDN) en dons, avec l’aide de la communauté F1.

Malgré ce moment très douloureux, Billy n’a jamais laissé tombé ses ambitions de devenir pilote de course professionnel. Il est revenu derrière un volant en juillet 2017, testant une Volkswagen Beetle sur le tracé de Brands Hatch. Depuis, il a décidé de retrouver les monoplaces à roues découvertes, conduisant une F3 de la célèbre écurie Carlin, à Oulton Park en février dernier.

En fin de semaine, il est monté sur le podium lors de la première épreuve à Oulton Park. Il a enregistré le meilleur tour pendant la deuxième course et s’est classé huitième, lors de la troisième. Après trois manches, Billy Monger est à ex-aequo en cinquième place, avec 49 points.

Les enfants, n’abandonnez jamais vos rêves, même ceux les plus fous. Soyez comme Billy Monger.

2- une mascotte pour la formule 1

Oui, vous avez bien lu. D’ici le Grand Prix de Chine, le 15 avril prochain, la F1 aura une mascotte. Son nom est Axel et on ne sait pas à quoi il va ressembler.

À quoi va ressembler la mascotte de la F1? En espérant qu’elle ne soit pas aussi laide que celle du club de soccer écossais Partick Thistle. Yark! (Crédits: Twitter)

La mascotte fera sa première apparition lors d’un festival de la F1 (présenté par Heineken, mais c’est un détail) à Shanghai. La nouvelle est sortie en plein 1er avril, donc nous avions cru à une blague. Or, je vous annonce que ce n’est pas le cas. Bref, c’est une bonne nouvelle pour les très jeunes amateurs, qui auront enfin de la compagnie à l’intérieur du circuit.

Comme mentionné sur Twitter, je veux une course de kart entre Axel, Youppi! (la mascotte du Canadien de Montréal), Tac-Tik (celle de l’Impact) et Touché (des Alouettes), pendant les festivités du Grand Prix du Canada!

3- le heineken f1 festival

Dans le même ordre d’idées, il y aura quatre festivals organisés par la F1, cette année, le premier étant tenu à Shanghai du 13 au 15 avril. Les autres événements auront lieu à Marseille, dans le cadre du Grand Prix de France (22 au 24 juin), à Berlin pour le GP d’Allemagne (20 au 22 juillet) et à Miami pour le GP des États-Unis à Austin, TX (19-21 octobre).

Pour le rendez-vous en Chine, Nico Rosberg et Sir Jackie Stewart seront présents pour la journée d’ouverture. Il y aura plein d’activités pour le grand public, dont des simulateurs de jeu, des expositions de voitures et la présentation du Grand Prix de Chine sur des écrans géants. De plus, le M1NT Club et le Cocktail Lounge accueilleront des prestations musicales d’Afrojack et d’Armin Van Buuren.

Dieu merci, Liberty Media tient sa promesse d’améliorer l’expérience client de la Formule 1. Après tout, s’inspirer du modèle nord-américain ne peut faire de mal à personne, non?

4- miami dans le calendrier 2019?

Crédit: James Willamor, Flickr

Est-ce par hasard que Miami fasse partie des lieux de festivals officiels? Peut-être que non. Depuis plusieurs semaines, des rumeurs circulent sur Internet, concernant la tenue d’un Grand Prix en Floride, dès l’an prochain.

Sur Twitter, le journaliste du magazine SBJ/SBD Adam Stern rapporte que le projet est sur les rails. La rumeur était sortie par le média allemand AMuS, au début du mois de mars.

Ce n’est plus une surprise: la popularité de la Formule 1 grandit aux États-Unis, mais il y a encore beaucoup de travail à faire. La fanbase n’est pas assez forte. Il a souvent été question d’une deuxième course au pays de l’Oncle Sam depuis longtemps. Beaucoup de villes furent approchées dont New York (plusieurs fois), Chicago, Port Imperial au New Jersey, Long Beach en Californie et Las Vegas. Au cours des années 80, il y eut deux Grands Prix américains par saison (même trois en 1984).

La ville de Miami est déjà familière avec la course automobile. Pendant des années, elle a accueilli des épreuves de feu-Champ Car et d’endurance dans leurs rues, sans oublier la Formule E en 2015. Il semblerait que les voitures de F1 rouleront sur un circuit urbain, plus précisément proche du PortMiami Tunnel. Stephen Ross, le propriétaire des Dolphins de Miami, serait en charge du projet.

Ceci est un dossier à suivre, puisque peu de médias floridiens en ont parlé. Si jamais le projet de Miami ne fonctionne pas, il y a toujours Vice City qui est disponible… 😉

5- bannir le « party mode »?

Image de Lewis Hamilton durant son tour de qualif à Melbourne.

« Party Mode » est devenu un terme tendance, lors du Grand Prix d’Australie. Il s’agit d’un réglage du moteur, chez Mercedes, pour permettre aux pilotes d’obtenir un temps rapide en qualifications. Résultat: pole position pour Lewis Hamilton, par plus de six dixièmes de secondes sur Kimi Raïkkönen! Or, l’écurie Red Bull veut que ce réglage soit banni le plus vite possible.

Dans une entrevue à nos amis de Motorsport.com, le directeur de l’écurie, Christian Horner, souhaite un gel des modes moteur, pendant les qualifs. En gros, tous les pilotes ont le même réglage lors des trois périodes. Nous savons tous que Mercedes détient le meilleur groupe propulseur du plateau, donc l’écurie-mère part déjà avantagée (selon les circuits, bien entendu).

Si tel est le cas, est-ce que ça changera grand chose? Red Bull est muni d’un moteur Renault (identifié Tag Heuer) qui a été à la traîne, depuis l’arrivée des V6 turbo hybrides, en 2014. Un gel de modes moteur ne ferait, à mon humble avis, que réduire l’écart sur le meilleur temps du samedi.

6- changement majeur des qualifications?

Tiens, restons dans le thème des qualifs. Selon AMuS, les dirigeants de la Formule 1 voudraient changer radicalement la séance du samedi. Au lieu de former la grille de départ pour le dimanche avec des temps, nous assisterions à un format « sprint ». Ce serait une mini-course de 100 km, soit le tiers d’une épreuve d’un Grand Prix, sans restrictions sur les pneus et sur l’essence.

À l’origine, la grille du sprint aurait été établie selon l’ordre inverse du championnat, mais la proposition fut rejetée. Avec cela, les essais libres du samedi disparaîtraient et ceux du vendredi seraient raccourcis de trente minutes (des tests d’une heure, au lieu 90 minutes).

Une course « sprint » mettrait certainement du piquant aux samedis, qui sont parfois plus prévisibles que le Grand Prix. Après tout, on a déjà vu des systèmes de qualifs vraiment nuls (je vise surtout les temps cumulés de 2005). Selon moi, on devrait essayer ça quand il n’y a plus d’enjeux aux championnats ou pendant les essais hivernaux. Je suis preneur!

7- Fermer la ligne des puits pendant la voiture de sécurité virtuelle?

« J’ai perdu la course, n’est-ce pas? » La phrase de Lewis Hamilton, après avoir perdu le GP de Monaco 2015, à cause de la VSC.

Dans la première édition du F1 Inbox, un internaute se demande s’il ne serait pas mieux d’interdire les arrêts aux puits pendant la voiture de sécurité virtuelle. Rappelons que Sebastian Vettel a remporté le Grand Prix d’Australie, grâce à un ravitaillement « gratuit » durant cette intervention.

Lors de la période de voiture de sécurité virtuelle, les pilotes doivent ralentir et garder la même vitesse, jusqu’à la fin de l’intervention. Or, si le pilote A avec une grosse avance ne s’est pas arrêté, il peut en profiter pour rentrer aux puits et revenir sans problème devant le pilote B. Cela explique le free pitsop de Vettel (et d’Alonso).

Personnellement, je pense que c’est quelque chose qu’on ne devrait pas faire. La VSC agit comme une vraie voiture de sécurité, donc c’est surtout une question de timing. En fermant la ligne des puits, les pilotes sans arrêt seront grandement désavantagés par la relance de la course. Gardons ça tel quel et on aura une suite excitante.

8- nouveau contrat pour hamilton?

« He’ll be back. Je crois. » (Crédit: Getty Images)

Selon crash.net, Mercedes serait sur le point de finaliser le nouveau contrat de Lewis Hamilton, l’actuel se terminant à la fin de cette saison. Les discussions avaient repris durant l’hiver et tout semblait être en règle, selon le chef de l’écurie, Toto Wolff.

C’est un secret de Polichinelle: Hamilton finira sa carrière avec les Flèches d’argent. Je ne le vois absolument pas retourner avec McLaren. Le quadruple champion du monde se sent en confiance avec Mercedes et c’est réciproque pour l’écurie allemande. Le seul truc qui pourrait dérailler la belle relation serait une domination exceptionnelle de Ferrari plus des ennuis mécaniques à répétition. Mais ça, c’est rare… D’ailleurs, ne soyez pas surpris d’apprendre que le contrat serait de plusieurs années (disons trois).

9- « haas-ti que haas dérange » –Force india & mclaren

Suite à leur belle performance en piste en Australie (mais pas dans les arrêts aux puits), Haas a impressionné pas mal d’amateurs et d’experts. Par contre, leurs rivaux du milieu de peloton sont jaloux. En effet, Force India et McLaren ont qualifié l’écurie américaine de « Ferrari B ».

Depuis leur entrée en Formule 1 en 2016, Haas a un partenariat technique avec la Scuderia. Par exemple, l’équipe utilise la soufflerie des Italiens à Maranello. Aussi, elle possède les mêmes moteurs et boîtes de vitesses, sans oublier les suspensions que les Rouges. En plus, la VF-18 a presque les mêmes similarités que la SF70H, le modèle 2017 de Ferrari. Évidemment, cela fait douter bien des gens dans le paddock.

« Ne t’en fais pas, mon pote. On a encore vingt courses pour fermer le clapet aux jaloux rose et orange. »

Malheureusement pour Force India et McLaren, c’est permis par la FIA (Fédération internationale de l’Automobile). Tout comme n’importe quelle écurie, Haas a interprété le règlement de la bonne manière. Je ne comprends pas pourquoi il y a tant de commérages autour d’eux. Est-ce de la guerre psychologique ou tout simplement des doutes concernant la manière de faire des Américains, qui est innovatrice?

Je laisse ce tweet ci-dessous, sans rien ajouter.

10- ajout d’une troisième zone de drs

Lors du Grand Prix d’Australie, la FIA a ajouté une troisième zone de DRS, entre les virages 12 et 13 du circuit. Il semblerait qu’un tel scénario se reproduise au Bahreïn, en fin de semaine.

Melbourne fut un échec pour cette zone supplémentaire, étant donné que l’Albert Park est reconnu pour être un tracé réfractaire aux dépassements. Or, Sakhir possède de longues lignes droites où c’est possible. Insérer un secteur DRS supplémentaire entres les virages 3 et 4 serait probable, à mon avis. Il y a d’excellentes chances de dépasser, avant d’entamer une portion sinueuse du circuit.

Le directeur de course la FIA, Charlie Whiting, envisage faire de même à Montréal et en Azerbaïdjan. Si c’est le cas pour d’autres circuits, je ne serai pas surpris que Monza se dote d’une autre zone de DRS, peut-être avant la Parabolica.

BONuS: MODIFIER MONACO ET FORMULE 2

Oui, le circuit de Monaco pourrait changer son tracé historique. En entrevue avec Forbes, le prince Albert de Monaco pense que la piste pourrait s’agrandir, d’ici quelques années. En effet, un projet d’environ deux milliards d’euros aurait démarré pour étendre le circuit au niveau de l’entrée du tunnel. Actuellement, il s’agit de la plus petite piste du calendrier (3,337 km). D’ici 2025, la Principauté devrait s’agrandir d’une quinzaine d’hectares. Malgré son histoire, Monte-Carlo a perdu de son lustre. Les courses deviennent ennuyantes et il faut de la pluie pour pimenter le spectacle. Ou tout simplement regarder la Formule 2, qui offre toujours un show exceptionel.

La recrue Maximilian Günther (Crédit: Twitter @FIA_F2)

Parlant de Formule 2. c’est le début de la saison à Sakhir, cette fin de semaine. Un nouveau champion sera sacré cette année, puisque le roi est parti en Formule 1 (Charles Leclerc). Tout comme la catégorie principale, le Halo est obligatoire pour toutes les voitures. De plus, les bolides possèdent un nouveau châssis, la Dallara F2/18, avec un moteur V6 3.4L. L’écurie russe Russian Time défendra sa couronne de champion des constructeurs, avec le surprenant Artem Markelov comme pilote numéro 1. J’ai hâte de voir Lando Norris, protégé de McLaren et champion de F3 Europe en 2017, ainsi que George Russell, membre de Mercedes et champion de GP3. Ces deux Britanniques sont rapides et très talentueux.

Alexander Albon (gauche) et Nicholas Latifi (droite). (Crédit: Formula 2)

Il y aura un Canadien en piste. Le Torontois Nicholas Latifi roulera pour l’écurie française DAMS, en attendant l’officialisation de son inscription. Le nouveau pilote de réserve chez Force India sera jumelé, avec le Thaïlandais Alexander Albon, au Bahreïn.

La saison sera fortement excitante et peut-être que quelques pilotes pourraient obtenir un baquet en Formule 1, d’ici 2019… Pour découvrir les protagonistes et leurs écuries, visitez le site officiel du championnat de F2 en cliquant ici.

Laisser un commentaire