AVANT-COURSE DU BULLETIN GP : Abu Dhabi 2021

Hamilton vs Verstappen. C’est l’affiche de cette fin de semaine, dans le cadre du Grand Prix d’Abu Dhabi 2021. Les deux pilotes sont à égalité en tête du Championnat des pilotes, mais il y a aussi d’autres enjeux pour l’issue de cette saison folle.

Une première depuis 1974

À l’aube du Grand Prix d’Abu Dhabi, dernière épreuve de la saison 2021, Lewis Hamilton et Max Verstappen se retrouvent ex-aequo au premier rang du Championnat du monde. Il s’agit d’une première depuis 1974.

En effet, Emerson Fittipaldi (McLaren) et Clay Regazzoni (Ferrari) étaient à égalité à la ronde finale de la campagne 1974, au Grand Prix des États-Unis à Watkins Glen. Fittipaldi avait remporté le Grand Prix du Canada, disputé à Mosport, avec Regazzoni deuxième. Cependant, Fittipaldi avait l’avantage sur son rival de Ferrari, avec trois victoires (contre une pour Regazzoni).

De plus, à l’époque, seuls les sept meilleurs résultats des huit premières courses de chaque pilote et six des sept dernières épreuves de la saison furent retenus.

Les statistiques d’Emerson Fittipaldi et de Clay Regazzoni, à l’aube du dernier GP de 1974

Arrivant à Watkins Glen, Fittipaldi se qualifia huitième, bien devant Regazzoni (neuvième). Dans une course ternie par la mort tragique et lugubre de Helmut Koinigg au 10e tour, « Emmo » se faufila jusqu’à la quatrième place, alors que Clay eut un tas de malchance et se classa onzième. Avec un système de points moins lucratif qu’en 2021 (9-6-4-3-2-1), Fittipaldi prit 3 points de plus pour devenir double champion du monde.

L’issue du championnat de 2021 sera similaire qu’en 74: celui qui finit devant sera sacré champion. Le bris d’égalité avantage Max Verstappen, qui compte neuf victoires (contre huit pour Lewis Hamilton). En plus, c’est la première fois depuis 2008 que les championnats des pilotes et des constructeurs se décideront lors de la ronde finale d’une saison de F1.


Mercedes proche d’un 8e titre

Si c’est serré entre Hamilton et Verstappen chez les pilotes, Mercedes n’est qu’à un cheveu de conserver sa couronne.

En effet, lors du Grand Prix d’Arabie Saoudite, Lewis Hamilton (1er + meilleur tour en course) et Valtteri Bottas (3e) ont marqué 41 points pour les Flèches d’argent, alors que Red Bull s’est contenté de la deuxième place de Max Verstappen pour inscrire 18 points.

L’écart entre les deux écuries est de 28 points. Or, pour Red Bull, il faudrait une malchance de leur équipe rivale pour devenir champion des constructeurs pour la première fois depuis 2013.


Les autres enjeux

Certes, la course au titre sera couverte au millimètre près (ou au millième près ?), mais n’oublions pas que les autres positions aux championnats (pilotes et constructeurs) ne sont pas encore décidées.

McLaren vs Ferrari (3e rang du classement des écuries)

Ferrari occupe le troisième rang au classement des constructeurs, qui a été longtemps détenu par McLaren en 2021.

Depuis le doublé de McLaren, inscrit au Grand Prix d’Italie, Ferrari a marqué plus de points que leurs rivaux britanniques. En effet, la Scuderia a totalisé 106 pts après leur course à domicile, contre 54 pour le clan de Woking!

D’accord, il existe un écart de 38.5 points entre les deux, mais le maximum qu’une écurie peut récolter est 44 (incluant le boni du meilleur tour en course). Pour que McLaren puisse finir troisième, il faudrait, tout d’abord, que Mercedes et Red Bull aient un zéro pointé, que Daniel Ricciardo et Lando Norris inscrivent un doublé et que le duo Charles Leclerc-Carlos Sainz finissent neuvième et dixième.

Avec l’évolution du moteur et du châssis de la SF21, Ferrari a pris un envol incroyable sur leur adversaire. Le programme triple Mexico City-Sao Paulo-Qatar a fait mal à McLaren, qui a récolté 4 points (tous inscrits par Norris), alors que Ferrari en a eu 47.

Leclerc vs Norris vs Sainz (pour la 5e place chez les pilotes)

En plus de la bataille entre écuries, on a aussi droit à un duel à trois intéressant entre Lando Norris, Charles Leclerc et Carlos Sainz.

Actuellement, Leclerc (158 pts) se retrouve devant Norris (154) et Sainz (149.5). Le Monégasque pourrait terminer dans le top 5 du championnat des pilotes pour la deuxième fois de sa carrière (il avait fini 4e en 2019). Son meilleur résultat fut une deuxième place, lors de ce fameux Grand Prix de Grande-Bretagne, alors qu’il menait l’épreuve. Leclerc compte aussi deux poles positions (Monaco et Azerbaïdjan).

Quant à Lando Norris, il a occupé le troisième rang au classement des pilotes pendant une bonne partie de la saison. Avec la résurgence de Valtteri Bottas et de Sergio Perez, le jeune Britannique a chuté au classement et, comme mentionné dans la section McLaren vs Ferrari, a marqué les 4 points de son équipe dans le dernier programme triple de 2021. Norris a inscrit 4 podiums en 2021, avec une deuxième place à Monza comme meilleur résultat. Il aurait pu remporter le Grand Prix de Russie, n’eut été de la pluie en fin de course.

Finalement, Carlos Sainz n’est pas loin derrière Leclerc et Norris. L’Espagnol, qui en est à sa première saison avec Ferrari, pourrait devancer son coéquipier en marquant au moins neuf points de plus. Sainz junior compte trois podiums, dont une deuxième position au Grand Prix de Monaco. À deux reprises dans sa carrière, le fils de Carlos Sainz père avait terminé ses saisons sixième (2019 et 2020 avec McLaren). Il pourrait inscrire un premier top 5 en F1.

Alpine vs AlphaTauri (pour le 5e rang des constructeurs)

29 points séparent Alpine d’AlphaTauri pour le cinquième rang au championnat des constructeurs.

À égalité avec AlphaTauri pendant deux courses récemment, le podium de Fernando Alonso au Qatar et la quatrième place d’Esteban Ocon en Arabie Saoudite ont propulsé Alpine dans le top 5. Ajoutez à cela la victoire d’Ocon en Hongrie, plus tôt dans l’année.

Si AlphaTauri veut subtiliser la cinquième position au clan français, il faudra un coup d’état majeur de la part de l’écurie basée à Faenza, ainsi qu’une performance très solide de Yuki Tsunoda. En effet, Pierre Gasly a marqué 83.3 % des points de l’équipe (100 sur 120). Quant à Tsunoda, il souhaite se retrouver dans le top 10 pour la première fois depuis le Grand Prix des États-Unis, à Austin.

100e course pour Lance Stroll…

Cette fin de semaine, Lance Stroll disputera son 100e Grand Prix en Formule 1. Le Québécois de 23 ans sera le 74e pilote à atteindre cette marque.

Ayant débuté sa carrière avec Williams en 2017, Stroll était devenu le deuxième plus jeune pilote à disputer un Grand Prix, à 18 ans 4 mois et 26 jours (Australie 2017). Lors de son année recrue, il inscrivit son premier podium dans un Grand Prix d’Azerbaïdjan complètement fou (troisième).

Stroll dût attendre en 2020 pour revenir dans le top 3, avec deux troisièmes positions (Italie et Sakhir), en plus d’enregistrer sa première pole position au Grand Prix de Turquie, avec Racing Point.

… et la dernière course pour plusieurs

Le Grand Prix d’Abu Dhabi sera la dernière pour plusieurs acteurs importants du monde de la Formule 1.

Au revoir, Iceman!

Crédit photo: FIA

Toute bonne chose a une fin.

Après 19 saisons en Formule 1, Kimi Raïkkönen accrochera son casque et sa combinaison, à l’issue de l’épreuve à Abu Dhabi. Le Finlandais de 42 ans quitte le sport avec 21 victoires, 18 poles positions et, surtout, un titre de champion du monde (2007).

Si on connaît Raïkkönen pour son calme, son indifférence, ses communications radio et le manque de grosses paroles lors d’entrevues, je retiens de lui un pilote tenace, n’ayant peur de rien et une grinta incroyable.

En vingt ans, le Iceman est passé de recrue avec 17 courses en monoplace au pilote de F1 avec le plus grand nombre de Grands Prix disputés (350, si on compte celle d’Abu Dhabi). Ses années avec McLaren (2002-2006) furent celles où on a découvert un Raïkkönen féroce, à bord de voitures rapides mais peu fiables.

Son premier séjour chez Ferrari (2007-2009) fut exceptionnel. En fait, sa première campagne comme remplaçant de Michael Schumacher le fut. Confronté au duo Fernando Alonso-Lewis Hamilton, le Finlandais a remporté le championnat des pilotes en 2007, avec un point d’avance sur Hamilton et Alonso. Ayant bien débuté sa défense du titre en 2008, Raïkkönen connut des problèmes de fiabilité et d’inconstance pour finir troisième. En 2009, il remporta le Grand Prix de Belgique contre Giancarlo Fisichella, qui deviendra son coéquipier dès la course suivante.

Entre 2010 et 2011, Raïkkönen quitta la Scuderia pour aller s’amuser en WRC (rallye) et en NASCAR Nationwide Series et en Camping World Truck Series. Finalement, il revint en Formule 1 en 2012, avec Lotus, aux côtés de Romain Grosjean. Lors des années 2012 et 2013, il remporta deux courses (Abu Dhabi 2012 et Australie 2013) et termina troisième au championnat des pilotes 2012.

Après des fins de relations houleuses avec Lotus (surtout qu’il ne fut pas payé son boni pour chaque point marqué), Raïkkönen quitta Lotus pour retourner chez Ferrari dès 2014. D’abord jumelé avec Alonso, le Finlandais connut de bons moments à son deuxième séjour à Maranello, aux côtés de Sebastian Vettel (2015-2018).

Kimi obtint une pole position magique à Monza, en 2018, et, quelques courses plus tard, résista aux attaques de Max Verstappen et de Lewis Hamilton pour remporter sa 21e (et dernière?) victoire en Formule 1.

Il revint avec Sauber, qui changea de nom pour Alfa Romeo. Son meilleur résultat avec l’écurie basée à Hinwil est une quatrième place inscrite au Brésil, en 2019.

Kiitos (« merci » en finnois) Kimi pour ces beaux moments!

Dernière de Bottas avec Mercedes

Celui qui remplacera Kimi Raïkkönen chez Alfa Romeo en 2022 est son compatriote, Valtteri Bottas. Ce dernier disputera son 101e et dernier Grand Prix avec Mercedes.

Lors du Grand Prix d’Arabie Saoudite, Bottas a inscrit un podium au photo-finish contre Esteban Ocon. Ainsi, a profité de l’abandon de Sergio Perez pour s’assurer de la troisième place au championnat des pilotes pour une 4e année en 5 saisons avec les Flèches d’argent.

Pour l’occasion, le « TikTokeur de l’année » chez Mercedes arborera un casque hommage à ses années passées avec l’écurie championne.

Arigato, Honda!

Ce sera aussi la dernière course de Honda en Formule 1 (encore une fois). La marque japonaise avait annoncé, en 2020, leur intention de se retirer de la catégorie reine de la course automobile, afin de se concentrer sur d’autres projets.

En prélude du Grand Prix de Turquie 2021, Honda et Red Bull avaient confirmé l’implantation d’un programme coopératif centré sur les nombreuses compétitions automobiles, dont la Formule 1.

La première nouvelle est que, à partir de la saison 2022, Red Bull Powertrains (la nouvelle compagnie moteur de la marque de boisson énergisante) pourra s’approprier la propriété intellectuelle du groupe propulseur de Honda, le RA621H. Cela s’applique autant avec l’équipe mère que AlphaTauri.

De plus, le constructeur nippon offrira un support accru à Red Bull Powertrains, dans la conception du moteur, depuis le Japon. Aussi: les employés travaillant chez Honda Racing Development UK seront désormais membres de RB Powertrains. Dès 2023, Red Bull se chargera entièrement de l’aspect unité de puissance, dont la règlementation actuelle devrait se terminer en 2025.

Outre le volet moteur, l’académie de jeunes pilotes de Red Bull s’est associée avec Honda Formula Dream Project, avec l’objectif de développer des jeunes pilotes japonais dans les championnats automobiles d’envergure.

Ciao, Antonio

Antonio Giovinazzi disputera son dernier Grand Prix de Formule 1. L’Italien, vice-champion de la GP2 en 2016 (aujourd’hui Formule 2), a quitté Alfa Romeo pour se joindre à Dragon Penske Autosport, en Formule E, pour la saison 2021-22.

En plus de Raïkkönen, Alfa Romeo a placé un message de remerciement sur les voitures des deux pilotes de l’édition 2021.

En 62 Grands Prix (incluant celui de cette fin de semaine), Giovinazzi a obtenu une cinquième place au Grand Prix du Brésil 2019 comme meilleur résultat en carrière.


Le circuit

Situé au cœur de l’île artificielle de Yas, le circuit de Yas Marina comporte un mélange de virages moyennement rapides et de très longues lignes droites. Tout comme n’importe quelle piste conçue par Hermann Tilke, le circuit détient une signature. Il s’agit de la sortie des puits. Les véhicules passent en-dessous du premier virage, avant de revenir au troisième tournant. Aussi, ils roulent en-dessous d’une passerelle de l’Hôtel Yas Marina, qui s’illumine, la nuit venue.

Si les quatre premiers virages n’offrent pas tant d’action, c’est à partir du 5 que les pilotes peuvent attaquer. En 2021, des modifications eurent lieu sur ce tracé, afin de rendre le spectacle en piste plus intéressant. L’ancienne chicane qui précédait l’épingle a été supprimée. Nous avons maintenant un épingle rapide, permettant aux pilotes une meilleure chance de dépasser ou de se rapprocher de la zone de détection du DRS.

L’autre modification majeure apportée au Yas Marina: la suppression (ENFIN!!!!) de l’enchaînement de virages 10-11-12-13! Elle est remplacée par une simple courbe légèrement inclinée, favorisant aussi les dépassements.

Le troisième et dernier secteur du circuit d’Abu Dhabi a été aussi revu. Les nouveaux tournants 10 à 16 ont vu leurs angles être changés, avec l’objectif que les voitures puissent se suivre sans perdre de l’adhérence et de l’appui aérodynamique.

Afin d’accommoder les téléspectateurs européens, le départ du Grand Prix d’Abu Dhabi a toujours débuté à 17 heures. Cela signifie que l’épreuve commence au coucher du soleil et se termine dans la pénombre. Ceci est l’autre signature de cette course.

En plus, le Grand Prix d’Abu Dhabi a prolongé son contrat jusqu’en 2030, avec l’option d’être la ronde finale des prochaines campagnes de Formule 1.

Laisser un commentaire