AVANT-COURSE AZERBAÏDJAN 2021: tout ce que vous devez savoir

Deux semaines après avoir attaqué les rues de Monaco, la Formule 1 se transporte en Azerbaïdjan. Fort de sa victoire à Monte-Carlo, Max Verstappen veut continuer sur sa lancée et accentuer son avance sur Lewis Hamilton. Voici tout ce que vous devez savoir de cette course au beau milieu de la ville de Bakou.

PODCAST: retour sur les 500 Miles d’Indianapolis 2021

Red Bull doit se battre au max pour gagner

Pour la première fois depuis le Grand Prix du Brésil 2013, Red Bull mène le championnat des constructeurs et des pilotes, grâce à la victoire de Max Verstappen à Monaco. Or, pour le Néerlandais, il ne faut pas perdre le momentum.

En entrevue avec Sky Italia, Verstappen dit qu’il faut « vivre l’instant présent ». En effet, les écuries s’occupent de développer la monoplace actuelle, ainsi que la nouvelle génération de voitures, dès 2022. Pour la toute première fois de sa carrière en Formule 1, le numéro 33 sera celui que ses adversaires vont chasser pour la tête du championnat des pilotes. Cela ne le dérange pas pour autant, surtout que Lewis Hamilton est habitué à ce genre de jeu.

Cependant, Verstappen ne considère pas Monaco comme étant la course qui va basculer l’issue du championnat du monde. « Si nous sommes en tête, c’est parce que Mercedes a commis des erreurs », a dit le pilote de 23 ans en conférence de presse.


Alfa Romeo veut continuer sur ses bonnes performances à Monaco

Forte de la dixième place d’Antonio Giovinazzi au Grand Prix de Monaco, Alfa Romeo veut continuer sur sa bonne lancée. D’ailleurs, Bakou est le circuit préféré du pilote italien.

« J’ai de bons souvenirs (à Bakou), du temps où j’étais en GP2, de dire Giovinazzi en conférence de presse. La première fois que je suis venu pour la F1, en 2019, j’ai connu un très bon samedi (NDLR: il s’était qualifié huitième, mais a reçu une pénalité de dix places pour changement de moteur). » Lors de l’édition 2019, l’Italien avait fini douzième.

Giovinazzi et Alfa Romeo désirent copier la stratégie utilisée à Monaco pour se retrouver dans les points à nouveau. Du côté de Kimi Raïkkönen, il faudra qu’il améliore son rendement en qualifications. Le Finlandais, cette saison, s’est qualifié derrière Giovinazzi quatre fois sur cinq.

Le directeur d’Alfa Romeo, Frédéric Vasseur, rappelle que les points sont marqués le dimanche. « Je souhaite que Kimi se qualifie mieux que 15ème ou 16ème, a dit Vasseur dans le podcast F1 Nation, mardi dernier. Si vous partez à ces positions, c’est difficile de marquer, sans abandons. » Néanmoins, le rythme en course du champion du monde en 2007 est bien meilleur cette année, malgré les bonnes performances de son coéquipier.


Le circuit

Premier Grand Prix à Bakou: 2016 (sous le sobriquet de « Grand Prix d’Europe »)

Conçu en 2016 par Hemann Tilke, le circuit urbain de Bakou est situé en plein centre-ville, en plus de passer dans la vieille ville. La ligne de départ/arrivée et les paddocks se trouvent devant la Maison du Gouvernement du Square Azadliq.

Du long de ses 6.003 kilomètres, la piste azérie est le deuxième tracé le plus long du calendrier. Seul Spa-Francorchamps est le plus long (7.004 km). Pourtant, le circuit contient la plus longue ligne droite du calendrier, avec 2.2 kilomètres roulés à presque 370 km/h, entre les virages 16 et le premier . En vérité, ce n’est pas une vraie ligne droite, car les virages 18 et 19 sont un semblant de chicane ultra-rapide.

Naturellement, une zone de DRS se situe à cet endroit, au moment de compléter un tour du circuit. L’autre se trouve entre les virages 2 et 3.

En plus d’avoir une section très rapide, le circuit urbain de Bakou comporte une portion de piste la plus étroite.

Les virages 8, 9 et 10 sont les coins les plus étroits de la piste, avec seulement 7,6 mètres d’espace! Cette année,  le 8 a été légèrement reprofilé, avec le recul du vibreur de quelques mètres.

Pour reconnaître cette section, regardez le château se trouvant à côté. Effectivement, c’est l’entrée vers la Vieille ville de Bakou, qui fait partie du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Or, le fait de vouloir montrer ce joyau historique aux millions d’amateurs de course automobile explique l’étroitesse de ces virages.

Depuis 2016, on a vu autant des F1 que des F2 taper le mur de protection et même créer un bouchon de circulation.

Avec son mélange de lignes droites et de virages lents, le circuit de Bakou pourrait donner des maux de tête aux ingénieurs et aux mécaniciens. Cela devrait forcer les monoplaces à être configurées avec des réglages aérodynamiques basses ou bien à miser sur la vitesse et sacrifier la stabilité dans les virages. Ce sera un casse-tête pour tout le monde!

Laisser un commentaire